Bâtir

En bref

Le développement d’un milieu de vie adapté aux besoins des adultes ayant une déficience physique exige que l’on s’intéresse rapidement à sa localisation et aux lieux physiques d’implantation. Trois mesures complémentaires sont à considérer : l’accessibilité universelle, l’adaptation des logements et des accommodements pour répondre aux besoins particuliers des personnes.

Tous les milieux de vie doivent tendre vers une accessibilité universelle, incluant les équipements et les aides techniques requis. Le milieu de vie doit être adapté aux besoins des personnes ayant une déficience physique de sorte à ce que les personnes n’aient pas à s’adapter aux contraintes du milieu de vie proposé. Cela implique un environnement qui facilite les déplacements au sein de la communauté : accès au transport en commun, accès aux trottoirs, accès aux commerces en fauteuil roulant, etc. Sa localisation doit permettre des traversées de rue sécuritaires afin de favoriser le sentiment de sécurité et d’autonomie et doit être à proximité des services tels que l’épicerie, les centres commerciaux, les institutions bancaires et les installations socioculturelles nécessaires à une vie active.

Par ailleurs, l’immeuble doit répondre aux diverses normes sur le plan de la sécurité.

Bâtiment

Construction neuve

Le projet de construction nécessitera l’acquisition d’un terrain et l’élaboration des plans du milieu de vie. L’arpentage et les négociations avec la ville ou la municipalité sont aussi réalisés à ce stade : demande de modification de zonage, d’exemption de taxes, raccordement aux services publics, etc.

Bâtiment existant

Si le milieu de vie prend racine dans un bâtiment déjà existant, c’est à ce stade que seront effectuées une inspection du bâtiment, la recherche immobilière et l’acquisition de la propriété. Ce projet nécessite aussi l’élaboration de plans du milieu de vie et des négociations avec la municipalité concernant entre autres la vocation du bâtiment.

Habitation à loyer modique

Si les instigateurs font le choix de se tourner vers un modèle de milieu de vie intégré en HLM, cette étape consistera plutôt à formaliser une entente avec l’Office municipal d’habitation (OMH) du secteur concerné et à convenir du nombre de logements rendus disponibles.

Travaux de construction ou de rénovation

Les appels d’offres en vue de la réalisation des travaux de construction ou de rénovation, incluant les adaptations domiciliaires et les principaux équipements sont inclus dans cette étape. Ces démarches sont généralement réalisées en collaboration avec un groupe de ressources techniques judicieusement choisi.

Il reste à superviser les travaux et à faire le suivi auprès des différents partenaires pour s’assurer que tous les engagements pris lors des étapes précédentes soient bien réalisés. Il faut aussi s’assurer que les exigences des bailleurs de fonds soient respectées.

À retenir

  • Dans tous les modèles de milieux de vie regroupant des personnes avec services intégrés 24 heures par jour, 7 jours par semaine, un local dédié au personnel est requis.
  • Un milieu de vie sur un seul palier minimise les coûts d’adaptation et facilite la dispensation de l’offre de services.

Adaptations domiciliaires

Personnes ayant une déficience motrice

Les principaux aspects à considérer pour les adaptations domiciliaires pour les personnes avec une déficience physique motrice sont :

  • leviers sur rails dans chaque chambre et salle de bain;
  • comptoirs rabaissés;
  • dessous d’évier permettant d’y glisser un fauteuil roulant;
  • dimension des cadrages de portes et espaces pour circuler avec un fauteuil roulant manuel ou motorisé;
  • ouvre-portes automatiques;
  • rampe d’accès;
  • absence de seuil pour l’accès aux balcons;
  • etc.

Des espaces supplémentaires doivent également être prévus pour installer, utiliser ou ranger les équipements.

Personnes ayant une déficience sensorielle

Les personnes ayant une déficience physique sensorielle désirent habiter un logement où l’utilisation d’indices environnementaux et d’aides techniques leur permettront de contrôler leur espace de façon autonome et sécuritaire pour l’exécution des tâches quotidiennes et de recevoir les signaux nécessaires à leur sécurité et au maintien de contacts avec l’extérieur.

Pour une adaptation sur le plan visuel :

  • indications en braille;
  • accès adapté pour l’ascenseur;
  • corridors non encombrés et objets toujours à la même place;
  • contrastes de couleurs;
  • possibilité de varier les intensités lumineuses;
  • signaux lumineux ou tactiles;
  • stores diminuant l’éblouissement; peintures mates pour éviter les reflets lumineux et contrastes sur les cadres de portes;
  • boîtes de grand format pour courrier en braille ou autre médium;
  • etc.

Pour une adaptation au plan sonore :

  • système permettant d’identifier le visiteur (ATS avec intercom dans l’entrée, etc.);
  • systèmes vibrant pour avertir de la sonnerie du téléphone, de porte ou de détecteur de fumée;
  • téléphones adaptés;
  • etc.

Pour une adaptation au plan tactile :

  • télébraille;
  • utilisation de textures différentes pour identifier les espaces ou délimitations (comptoir de cuisine, etc.).

Liens utiles

Pour avoir accès à un Guide pratique d’accessibilité universelle (IRDPQ) et pour plus d’information sur les programmes de la Société d’habitation du Québec dont le programme Accès Logis Québec et le programme d’adaptation de domicile, la certification Novoclimat, les codes de construction, les normes de planification et de mise en service de bâtiments du ministère de la Santé et des Services sociaux, l’accessibilité universelle et la domotique, consultez la section Liens utiles.

Outils

Un outil concernant un appel d’offres pour la construction ou la rénovation d’un bâtiment, est disponible dans la page Outils.